COUP D’ŒIL SUR L’ANNEE 1970 (1440-1)

  • français
  • 1971-01-01
  • Dauer: 00:06

Beschreibung

Communiqué :
L’avalanche de Reckingen – Guerre civile au Biafra –Procès de Winterthour – Catastrophe aérienne de Würenlingen – Détournement d’avions à Zerka – Initiative nationale contre l’emprise étrangère – L’année de la nature – Décès du Général de Gaulle, de François Mauriac et de Bourvil.

Commentaire :
Un coup d’œil rétrospectif sur l’année 1970, tout à la fois étonne et effraie. Pourtant, c’était avec une joie débordante que l’on avait abordé la dernière année de la décennie. Mais bientôt, il fallut déchanter et tomber de haut. A Reckingen, 30 soldats, officiers et civils ont péri dans un cantonnement enseveli par une avalanche. Devant les forces de la nature, nous ne pouvons que rester muets. Mais il n’en est pas de même lorsqu’il s’agit de forces déchaînées par l’esprit humain. La guerre du Biafra a eu, en Suisse, aussi, un grand retentissement. Mais pendant que se déroulait cette lutte fratricide à laquelle, hélas, notre pays n’a pas peu contribué, en fournissant des armes aux belligérants, on se préoccupait dans un de nos cantons d’une maison qui était d’un mètre trop large. Notre pays manie avec habileté, non seulement l’arme de la neutralité, mais aussi les armes tout court. Ce qui lui a valu, en 70, d’être le point de mire de l’opinion publique internationale. Le procès de Winterthour a donné l’occasion aux forces politiques de s’exprimer. Aucun moyen ne fut épargné. Après la chute d’un Coronado à Würenlingen, nos politiciens auraient dû prendre à cœur l’appel… de la jeunesse. Mr. Nello Celio avait dit quelque temps auparavant : Synchro : “La politique c’est surtout l’art de prévoir le futur“. Le détournement d’un avion de la Swissair vers la Jordanie mit en lumière la dure réalité des événements politiques à laquelle personne ne croyait ou ne voulait croire. Mr. Graber, avait la tâche malaisée de défendre les relations arabo-suisses. Synchro : “Aujourd’hui c’est facile de dire…, non. “ Mais qui peut prétendre trouver la juste solution ? La situation sérieuse incite certains de nos parlementaires à avoir le sens de la critique. Synchro : “Eine solche Uebung mache ich nicht mit.“ “Ich ziehe meinen Redeantrag zurück.“ – “Theater mache ich nicht, in 5 Minuten spreche ich nicht.“ – “Was wir jetzt haben, ist eine Unordnung und Unlogik, die ich nicht mitmache.“ Le Conseiller National James Schwarzenbach a vu le désordre se répandre dans la proprette maison helvétique. Responsable : les travailleurs étrangers. – Résultat : Ces derniers n’ont pas attendu le coup de balai intempestif du dépit ultra-nationaliste, pour aller chercher du travail souvent mieux rétribué Outre-Rhin. On chasse les uns, et on accueille les autres les bras et le porte-monnaie largement ouverts. Sans étrangers, notre pays serait paralysé. Il est de plus en plus difficile de photographier nos paysages dans leur beauté sauvage. La protection de la nature, déjà vite oubliée, attire sans cesse notre attention sur les dommages que nous causons, nous-mêmes, à notre environnement. Mais elle semble prêcher dans le désert ! Dans le domaine de la circulation, c’est aussi le règne de l’anarchie. C’est l’escalade du meurtre désorganisé sur nos routes. Chaque croix de ce cimetière représente un accident mortel. En France, deux grandes personnalités ont disparu en 1970. François Mauriac et le Général de Gaulle. Le monde du spectacle fut aussi en deuil avec le décès de Bourvil. Les sportifs, de leur côté, déplorent la disparition de Pompon Muller, qui n’hésitait pas à se déplacer à pieds sur de longues distances pour assister aux matchs de foot-ball. Il a fait des émules, car la marche devient chez nous de plus en plus populaire et même collective, il en est de même du ski de fond. A côté d’Aloïs Kaelin, Bernard Russi est en passe de devenir le plus connu de nos sportifs. Mais tout un chacun peut aspirer désormais à être un jour champion du monde. En effet, la pratique d’un sport est dès maintenant ouverte à tous, depuis que l’article relatif à la gymnastique et aux disciplines sportives a été inscrit dans la Constitution fédérale. Aux exercices traditionnels, s’ajoute aujourd’hui la machine à faire des muscles. Elle prétend améliorer notre forme physique, mais hélas pas le système nerveux des citadins. L’habitant des grandes villes passe de plus en plus de temps sur des artères congestionnées, respirant un air de plus en plus pollué. Pourtant, une petite minorité trouve un certain plaisir dans l’automobilisme, elle a pour noms : Perrot, Siffert et Reggazzoni. Si l’on n’éprouve aucun plaisir à faire du sport en appuyant à fond sur les gaz, on peut se fortifier pour chercher ailleurs silence et espace. De toute façon, nous allons tous plonger dans l’inconnu en abordant l’année 1971. 1971, première d’une décennie qui nous apportera Dieu sait quoi, à moins que ce ne soit la sempiternelle ritournelle !

Communiqué_1440.pdf
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.
Kommentieren