On recherche une solution juste (1606-1)

  • français
  • 1974-05-17
  • Dauer: 00:05:42

Beschreibung

Communiqué :
Le 23 juin les habitants du Jura bernois auront à décider par votation si le Jura restera bernois. La question jurassienne n’intéresse pas que le canton de Berne. Mais le peuple suisse connaît-il le Jura et ses problèmes ? On a beaucoup parlé du Jura durant la dernière guerre ; mais par la suite il tomba quelque peu dans l’oubli. Les agissements des Béliers attirèrent de nouveau l’attention de la Suisse entière sur les revendications du peuple jurassien. Grâce aux documents tirés de nos archives nous pouvons retracer l’évolution du problème jurassien de 1947 à nos jours.

Commentaire :
Le 23 juin, les habitants du Jura bernois participeront au référendum qui décidera du sort futur de leur région. Cela devrait être la conclusion d’un problème latent depuis le Moyen-Age, mais qui a connu un grand rebondissement au cours des dernières 25 années. / Un faux-pas politique du Grand Conseil bernois fit naître en 1947 l’idée de la séparation du Jura de la vieille république bernoise. A Porrentruy, se créa une Société d’émulation. Les Jurassiens se plaignaient des mauvaises liaisons ferroviaires et routières avec le reste du pays et de la mise à l’écart de la langue française à l’Université de Berne. / Les revendications des Jurassiens ne concernaient et ne concernent pas que les Bernois. Qu’est-ce que les autres Suisses connaissent du Jura ? Pendant les deux dernières guerres mondiales, cette région appartenait à la légende des mobilisés. / La garde aux frontières de l’Ajoie, l’afflux des réfugiés civils et militaires dans notre pays, la promotion des officiers par le Général Guisan, aux pieds du monument des Rangiers, autant de souvenirs pour ceux de la mobilisation. / Le territoire d’un canton du Jura devrait approximativement être celui de l’ancienne possession de l’Evêché de Bâle, englobant aussi bien les vallées isolées de la chaîne du Jura que les hauteurs des Franches-Montagnes. / Cet éventuel Canton connaîtrait aussi ses minorités, les quelques hameaux protestants. / Le Jura ne manque pas d’attraits touristiques, mais ce n’est pas qu’un pays de prairies et d’élevage hippique. / Le réseau routier a été certes amélioré depuis 1947, l’isolement d’avec le reste de la Suisse a donc été atténué. / Le Jura n’est en aucune manière un pays sous développé. On y trouve des cimenteries, des aciéries, des fabriques de machines et d’outils, une industrie horlogère renommée dans le monde entier et en particulier à Boncourt la plus grande fabrique suisse de cigarettes. / C’est en 1948 que fut fondé à Delémont le Rassemblement du peuple jurassien, le plus important mouvement autonomiste du pays. En 1950, le drapeau frappé de la crosse épiscopale rouge fut reconnu officiellement comme étant celui de la région. Ce n’est donc pas un symbole réservé uniquement à des esprits échauffés. / Pendant le dernière décennie, l’attitude et les méthodes des séparatistes se sont durcies. La mauvaise humeur des débuts s’est rapidement transformée en manifestations collectives, particulièrement à l’occasion de la Fête du peuple jurassien en 1964. L’aile extrémiste de la jeunesse séparatiste, les Béliers, se livra à des actions violentes. / Le gouvernement bernois tenta de calmer les esprits en faisant de petites concessions, par exemple le retour à Porrentruy des archives de la région, que les Jurassiens attendaient depuis 1914. / Les Suisses se sont en réalité peu préoccupés du problème jurassien. Que les séparatistes se soient fait remarquer leur est compréhensible, mais ce sont les méthodes employées qui les ont heurtés. La violence appelle la violence, avec ses suites, répression et brutalités. En 1967, 70 gendarmes barrent l’entrée du Palais fédéral à une quarantaine de Béliers. / En 1968 les Béliers envahissent la salle du Conseil national. / En 1971, peu avant l’ouverture du procès engagé contre certains d’entre eux, les Béliers déposent leurs effets militaires sur le seuil du Tribunal fédéral à Lausanne, à titre de protestation. / Le fait qu’en Suisse, on doive attirer l’attention de l’opinion publique en engageant de telles méthodes est en soi assez préoccupant. Protestations et violences n’ont encore jamais permis de trouver des solutions à un problème de ce genre. En notre période de grand rassemblement de pays, la régionalisation a son importance. La question du Jura devrait être pour tous, une leçon. /

Communiqué_1606.pdf
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.
Kommentieren