RER neuchâtelois. Un train à prendre !

  • 2012-06-14
  • Dauer: 01:47:48
Dieses Dokument kann vor Ort angesehen/angehört werden.
Lorem ipsum

Beschreibung

D'après le programme du Club 44 : "Le 23 septembre, les Neuchâtelois se prononceront sur la question du RER neuchâtelois, ce grand projet
qui prévoit la réunion des villes et de la majorité des villages du canton dans une agglomération dynamique
qui facilite la mobilité de tous. Le RER neuchâtelois vise à améliorer l’efficacité du transport public : écourter
la durée des trajets et augmenter la fréquence/cadence des horaires. Les estimations parlent d’une
économie d’un million d’heures de déplacement par année.
Parmi les nombreux aménagements prévus, la pièce maitresse du RER neuchâtelois est le TransRUN qui
réduira à 14 minutes le temps de voyage entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds avec une cadence au quart
d’heure, ce qui représentera un énorme impact pour la mobilité entre le Haut et le Bas du canton.
L’agglomération neuchâteloise, c’est aussi une véritable intégration à l’échelle nationale et transfrontalière. A
l’instar des projets lausannois et zurichois, le RER neuchâtelois promet de redynamiser le canton et se
définit plus comme un investissement qu’une dépense, fondé sur l’évidence que le développement du
canton va de pair avec l’amélioration de son réseau de communication.
On parle de projet du siècle, d’opportunité historique, d’occasion unique. Bref d’un train à prendre ! Et
aujourd’hui ou jamais, puisque plus du tiers des fonds pour financer sa construction est mis à disposition par
la Confédération et les CFF et ce en 2012 seulement.
Le réseau de transport actuel, pensé pour le siècle passé, est désuet et manque d’efficacité, en témoigne la
saturation des voies de chemin de fer du canton. A l’heure où ce constat fait à peu près l’unanimité, le projet
butte toutefois sur la question du financement. La facture totale se monte à 919 millions de francs, dont 241
assumés par les CFF, 111 par la Confédération et 8 millions de valorisations foncières. Restera à la charge
du canton et des communes le montant de 559 millions de francs, qui pourra être amorti entre 25 à 35 ans
dans le cadre du budget ordinaire.
Afin de mieux comprendre pourquoi les enjeux du RER neuchâtelois sont à la hauteur des investissements,
la table ronde propose de passer en revue les principales questions liées au projet : aspects techniques liés
au choix des modes de transport, impact estimé pour le développement de la région fondé sur des
expériences similaires, répercussions sur la mobilité des citoyens, et enfin financement, gestion et répartition
des coûts."
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.
Kommentieren
Kommentieren