Après plus de vingt ans de recherches de terrain dans sa Roumanie natale, Constantin Brăiloiu, pionnier de l'ethnomusicologie contemporaine s'établit à Genève, où il fonde les Archives internationales de musique populaire (AIMP).

Durant les quinze dernières années de sa vie il s’attelle à un travail titanesque : accumuler à Genève des enregistrements de musiques du monde entier, à partir desquelles il édite notamment sa fameuse Collection universelle de musique populaire enregistrée (1951-1958), une série de 40 disques 78 tours, réédités dans les années 80 sous forme de CD.

Sa Collection, un classique de l'ethnomusicologie, comprend des enregistrements sonores qui couvrent une période allant de 1913 à 1953. Minutieusement sélectionnés selon des critères à la fois artistiques et scientifiques, ces enregistrements fournissent une prodigieuse cartographie des traditions musicales du monde et de la Suisse dans la première moitié du XXe siècle.

Le volet suisse nous plonge dans une Suisse quasi mythique avec des prières sur l'alpe, des bergers de Suisse centrale aux Zäuerli d'Appenzell, des sonneries de cor des Alpes aux musiques de Carnaval, cette Suisse d'un autre temps mérite une écoute attentive. (Informations détaillées sur le volet Suisse en PDF).

 

Download

 

 

1913/1953
Langue: dialectes et langues internationales

Beschreibung

Constantin Brailoiu est né à Bucarest dans une famille aristocratique originaire d'Olténie. À l'âge de 14 ans, il part à Vienne, puis en Suisse romande et à Paris pour y suivre une formation musicale : il se destine alors à une carrière de compositeur, comme en témoignent quelques œuvres de jeunesse. De retour en Roumanie en 1914, il enseigne l'histoire de la musique et l'esthétique musicale à l'Académie royale de musique. Mais la découverte des musiques populaires rurales de sa Roumanie natale allait bouleverser sa carrière et progressivement l'orienter vers ce qu'on appelait à l'époque le folklore musical. En 1928, il crée à Bucarest les Archives de folklore de la Société des compositeurs roumains. La même année, il intègre l'« équipe sociologique » du professeur Dimitrie Gusti, au sein de laquelle il effectue ses premières enquêtes de terrain dans les villages roumains : Fundu Moldovei en Bucovine (dès 1928), puis Dragus en Transylvanie (dès 1929) et enfin Runcu en Olténie (dès 1930).

Les années suivantes, Brailoiu multiplie les collectes musicales dans toutes les régions de Roumanie, développant sur cette base une pensée et une œuvre scientifique d'une acuité remarquable. Sa première publication importante, Esquisse d'une méthode de folklore musical, parue en 1931, marque un tournant dans le développement de cette discipline qui s'appelera par la suite l'ethnomusicologie. Elle sera suivie de nombreuses autres sur des questions aussi variées que les rythmes, les échelles musicales, la poésie chantée, les rites funéraires ou la création musicale collective.

En 1943, Brailoiu est nommé conseiller culturel auprès de la Légation roumaine à Berne. Sentant la situation politique de son pays se détériorer, il décide de rester en Suisse : il ne retournera en fait plus jamais dans sa chère Roumanie natale. À Genève, il rencontre Eugène Pittard, alors directeur du Musée d'ethnographie, avec qui il fonde l'année suivante les Archives internationales de musique populaire (AIMP). En 1948, il devient également maître de conférence au CNRS à Paris. Il est dès lors invité à participer à de nombreux colloques dans toute l'Europe.

Brailoiu consacre les quinze dernières années de sa vie à un travail titanesque : accumuler à Genève des enregistrements de musiques du monde entier, à partir desquelles il édite notamment sa fameuse Collection universelle de musique populaire enregistrée (1951-1958), une série de 40 disques 78 tours aujourd'hui rééditée en CD. Ses écrits les plus importants datent aussi de cette époque, de même que ses dernières missions sur le terrain (en Macédoine, aux Asturies et dans le Banat yougoslave). Il décède à Genève le 20 décembre 1958.

Brailoiu est à juste titre considéré comme un des pères de l'ethnomusicologie contemporaine. Ses écrits majeurs ont été réunis en 1973 dans un livre, Problèmes d'ethnomusicologie, considéré comme un des grands classiques de la discipline. Quant aux archives qu'il a fondées à Genève, elles n'ont cessé de s'accroître, constituant aujourd'hui un des fonds documentaires ethnomusicologiques les plus importants d'Europe.

Titel
Collection sonore Constantin Brăiloiu, Archives internationales de musique populaire (AIMP)
Umfang

actuellement 65 sons issus de la collection suisse

Auswahl/Vollständigkeit

[Aucune information disponible]

Informationen zur Erschliessung

Une première phase de catalogage et de numérisation est réalisée entre 1997 et 2000 avec le soutien de Memoriav, association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse. De 2004 à 2011, l'octroi d'une subvention de la Loterie Romande permet de compléter ce travail pour la totalité des archives.

Rechte
Toute utilisation est soumise à l'autorisation de AIMP & VDE Gallo
Original-ID
1/1
Original-Signatur des Bestands
CD 5287-1/1
Originaltitel des Bestands
Collection Constantin Brăiloiu, Archives internationales de musique populaire (AIMP)

Zugang

Trois fonds inédits ont récemment intégré les AIMP : le fonds Samuel Baud-Bovy qui comprend plus de quatre cents phonogrammes réunis en Grèce durant la seconde moitié du 20e siècle ; le fonds Paul Mattar qui réunit environ quatre-vingts heures de musique des pays du golfe Persique (Qatar, Koweit et Bahreïn), enregistrées en 1978 et 1979 ; le fonds Bernard Mondet qui comprend plus de cinquante heures de musique d’Afrique occidentale, enregistrées à la fin des années 1970. Ces fonds sont en cours de numérisation et d’intégration dans les bases de données du MEG, grâce au soutien de Memoriav et au travail des étudiants du Master d’ethnomusicologie.

Zuständige Institution Original
Zuständige Institution Master
Zuständige Institution Zugang

Datum der Übernahme in Memobase
2022-11-10
Memobase ID
meg-003
Dieser Bestand wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.
Zuständige Institution

Musée d'ethnographie de Genève

Siehe auch