Histoire d’eau (1505-2)

  • français
  • 1972-04-21
  • Durée: 00:03:06

Description

Communiqué :
La Suisse est menacée par le manque d’eau. Dans certaines régions les lacs et cours d’eau atteignent parfois les limites inférieures enregistrées le siècle passé. C’est le moment de ramasser sur les rives les détritus que la sécheresse a fait apparaître. – Le manque d’eau n’a par contre pas découragé les canoéistes genevois et lausannois qui sont descendus la chute de l’Aubonne.

Commentaire :
Déjà 1971 fut une année particulièrement sèche. Et voici que 1972 s’annonce en Suisse comme devant être une période assez longue d’eaux basses. Les mesures faites au Lac de Constance font apparaître un niveau exceptionnellement bas qui égale le minimum enregistré il y a un siècle et demi, en 1838. / Le début du Rhin n’atteint même pas la moitié de sa moyenne mensuelle. Aussi peut on rejoindre à gué l’île de Werd. / A quelque chose, malheur est bon ; on profite de cette période pour nettoyer les rives de nos lacs. Ainsi, quelques 600 volontaires ont procédé au nettoyage des rives du Léman près de l’embouchure du Rhône. Et il est navrant de constater que ce sont toujours les jeunes qui doivent se charger de débarrasser notre terre des immondices accumulés par les aînés. / Ce sont plus de 60 tonnes d’ordures que ces jeunes bras ont dû transporter. Cependant, un grave danger subsiste : l’eau elle-même est en passe d’être irrémédiablement polluée. / De plus, le manque d’eau menace notre approvisionnement en énergie électrique. Si cela continue, les célèbres chutes du Rhin près de Schaffhouse, ne seront bientôt plus qu’une légende. / Cependant le canoë-club de Genève, malgré la pénurie, réussit à entraîner de nouvelles recrues, dans un torrent dont certaines chutes atteignent 4m pour une température de 8 degrés à peine, il faut avoir la tête encore plus froide pour s’y maintenir. /

Communiqué_1505.pdf
Ce document a été sauvegardé avec le soutien de Memoriav.
19667 Documents dans la collection
Commenter