Villes sans circulation (1510-1)

  • français
  • 1972-05-26
  • Durée: 00:02:02

Description

Communiqué :
Le centre des villes est de plus en plus obstrué par la circulation. Bâle a imité les exemples étrangers et fermé une partie de la cité à la circulation. – Dans la banlieue parisienne, l’architecte suisse Denis Honegger a conçu une ville nouvelle où ne circulera aucune voiture à la surface.

Commentaire :
Les piétons circulent librement dans les rues, les senteurs printanières parfument agréablement les narines. Cela se passe dans une ville des Pays-Bas, mais c’est l’aspiration de nombreuses cités européennes : bannir la circulation dans le centre des villes. / En Suisse, Bâle a réussi cet exploit, grâce à une réorganisation de son plan de circulation. L’automobiliste qui se dirige vers le centre est complètement perdu dans un labyrinthe bordé d’une multitude de panneaux, d’interdictions, de déviations, de sens obligatoires, etc. ; bref, il valait mieux pour lui rester hors les murs, hors ce qui lui semble être un enfer et qui est en réalité un paradis pour les piétons. / Malheureusement, il y a encore trop peu de places de stationnement aux alentours de cette cité interdite. Les voies rapides ne sont pas achevées, ce qui produit des embouteillages aux heures de pointe. / Dès lors, avant qu’une ville naisse, il faudra la prévoir sans circulation automobile. C’est déjà une réalité à Villiers-sur-Marne, près de Paris. Un architecte suisse, Denis Honegger, a construit une cité satellite dont les rues sont réservées aux bipèdes, alors que les quatre roues circulent au sous-sol. / Ici, tout est conçu à la dimension de l’homme et non à celle de son véhicule. / Les immeubles sont bordés de squares, de places, de jardins, de parcs. L’air est pur, l’homme est redevenu libre. /

Communiqué_1510.pdf
Ce document a été sauvegardé avec le soutien de Memoriav.
19667 Documents dans la collection
Commenter