Le bébé en position ventrale (1562-1)

  • français
  • 1973-06-15
  • Durée: 00:06:35

Description

Communiqué :
Bien que ramper et se glisser à plat ventre soient les premières manifestations du nourrisson dans l’intention de se déplacer, les parents ont souvent tendance à replacer l’enfant sur le dos. Le nouveau-né qui dès le premier jour est couché en position ventrale, peut s’attendre à un meilleur développement de ses sens. C’est la conviction de beaucoup de pédiatres, dont le docteur Ricklin. Nous avons filmé les différents stades du développement de quelques enfants soumis à cette nouvelle méthode.

Commentaire :
Doute, incompréhension, voilà ce que de nombreuses personnes ressentent lorsqu’elles voient un bébé couché sur le ventre. Surtout en Suisse alémanique les parents doivent souvent se heurter à un mur de préjugés. Nous avons prié un pédiatre zuricois, le docteur Werner Ricklin, de nous parler des avantages qu’il y a à coucher un nourrisson sur le ventre. La position ventrale est la position naturelle qui convient à un nourrisson et même à un nouveau-né ; je vais vous le démontrer avec cette petite fille de 12 jours. Couché sur le ventre, le bébé est déjà actif, il remue, il se sent en sécurité, en équilibre. La plupart des nouveau-nés sont capables de tourner la tête. Grâce à ces mouvements, les muscles du dos se fortifient, le bébé fait une gymnastique musculaire. Au repos, le bébé prend la position dite de la grenouille. Dans celle-ci, les bras et les jambes sont légèrement repliés, aussi le bébé doit-il avoir la possibilité de s’étendre. Couché sur le dos ou sur le côté il s’agite, il est pour ainsi dire inquiet. Il semble chercher un point d’appui. Dès qu’on le place sur le ventre, il se calme, retrouve son équilibre, et s’endort paisiblement dès sa tétée prise. Vous voyez ici, ce qu’un nourrisson est déjà capable de faire. / Plus tard à 6 mois, le bébé qui a été couché sur le ventre a déjà appris à ramper, aussi doit-on l’attacher à son lit, mais cela uniquement pour l’empêcher de tomber hors du lit ; au sein de celui-ci, sa liberté de mouvements doit être totale. / Il faut souligner que dans la position ventrale, le bébé ne peut s’étouffer, même en cas de vomissements pendant son sommeil. / Le contact direct avec un matelas ferme renforce son développement corporel et mental. Il s’adapte plus rapidement à son entourage, puisqu’il voit tout ce qui se passe autour de lui. Son intérêt s’accroît puisque dans cette position, ses mouvements sont illimités. Il s’appuie sur ses mains et sur ses genoux et tente spontanément de s’asseoir. Le nourrisson couché sur le ventre a plus de confiance en ses moyens. En outre, on voit qu’il a besoin de se remettre dans cette position. Les conséquences naturelles de cette forme d’accoutumance sont qu’il apprend à se tenir debout avant même que de s’asseoir. On évite ainsi les mauvaises répercussions occasionnées par la position assise. La position sur le ventre non seulement renforce la musculature du dos, des bras et des jambes, mais aussi conserve une jolie forme de tête. / Toute l’évolution des mouvements se fait harmonieusement sur sa propre initiative. Son désir de se lever et de se tenir sur ses jambes n’est ni forcé ni entravé par des moyens artificiels, mais se développe selon une progression naturelle. / Cette position sur le ventre n’aura de succès que si le bébé y est mis de façon permanente, c’est à dire jour et nuit. /

Communiqué_1562.pdf
Ce document a été sauvegardé avec le soutien de Memoriav.
19667 Documents dans la collection
Commenter
Commenter