Coup d’œil sur 1951 (0506-1)

  • français
  • 1952-01-04
  • Durata: 00:06:16

Descrizione

Communiqué :
Semaine après semaine, les opérateurs du Ciné Journal Suisse ont suivi, au cours de l’an, les événements saillants de notre vie nationale. Ils ont participé aux travaux et aux fêtes, aux joies et aux deuils du peuple suisse. Parmi des centaines de reportages, nous avons choisi les plus significatifs pour les condenser dans un montage rétrospectif : un captivant “coup d’œil sur 1951”.

Commentaire :
Elle avait commencé comme tant d’autres, semblable à la carte postale traditionnelle, chargée de vœux et d’espérance, comme un départ dans le matin clair. / Sur les pistes blanches, un nouveau champion du monde : Georges Schneider. Un hiver plein de promesses et de la neige comme on n’en avait jamais vu. / Comme on n’en avait jamais vu : Dans la montagne, le chevreuil a dû se battre contre son linceul ; / un malheur sans précédent s’est abattu sur les hommes. / Avalanches de 1951, combien de destructions vous avez accomplies, combien de vies humaines vous avez emportées ; pauvres paysans de nos montagnes ! / Rappelons-nous ces semaines tragiques, où le peuple s’assemblait autour de l’église pour pleurer ses morts. / La mesure, cependant, n’était pas pleine ! Déjà ravagé par les avalanches, le Tessin connut au cours de l’été les dévastations de l’eau. / De nouveau, ce fut l’alerte au Gotthard / et puis, à l’automne, l’inondation qui, sans être meurtrière, a détruit d’immenses richesses. / Auprès de telles calamités, l’incendie du Grand Théâtre de Genève paraît insignifiant. Il a pourtant anéanti les espérances de plus d’un artiste et paralysé la vie culturelle. Valeurs intangibles qui font l’orgueil de nos cités. / Lucerne n’est-elle pas riche de ses semaines internationales ? / Ah ! si le monde était harmonie comme la musique de Bach ! Y aurait-il autant de réfugiés ? A Genève, l’O.I.R. a reçu son millionième pupille. / Suisse secourable. Le président du Comité International de Croix-Rouge, M. Ruegger, à bord d’un avion tout blanc, est allé porter l’emblème d’Henri Dunant dans la fournaise d’Extrême-Orient. / Autre appareil, autre voyage. Premier vol transatlantique commercial du nouveau DC 6B de la Swissair. / Un trait d’union de plus avec les Amériques / et un grand jour pour la Suisse de l’étranger, inaugurant le nouveau Centre Suisse de New York. Tout visiteur en sort impatient d’admirer les beautés de nos montagnes... / Mais la caméra, elle, nous a déjà transportés sur les champs de glace du Mont-Blanc qui ont failli retenir prisonnier un audacieux piper suisse. Vous souvenez-vous de notre reportage tourné à 4300 mètres ? / Mais le vol en haute montagne n’est pas toujours un exploit sportif gratuit. C’est parfois une impérieuse nécessité. C’est ainsi que pendant des semaines entières furent ravitaillés les ouvriers du barrage de la Dixence isolés par les avalanches, / ces hommes qui arrachent à la montagne l’énergie qu’elle renferme dans ses eaux. / Le Rhin sera-t-il aussi appelé à fournir de nouvelles énergies ? / Le site incomparable de Rheinau est devenu l’enjeu d’une âpre lutte entre les défenseurs du visage aimé de la patrie et les concessions industrielles, lutte qui a jeté une note discordante dans le concert des fêtes patriotiques de l’été réunissant officiels et citoyens dans la même liesse pour fêter l’entrée dans la Confédération des deux Bâle et de Schaffhouse. / Zurich avait pris les devants malgré la pluie battante, par des réjouissances populaires si originales et d’une si franche gaîté. / Lausanne, elle aussi, a connu des jours de fièvre à l’occasion de la fête fédérale de gymnastique aux 30’000 exécutants. / Mais quelle fête populaire pourra jamais rivaliser avec le Tour de Suisse ? Où a-t-on vu se masser foules plus délirantes ? / L’année n’a-t-elle pas consacré deux héros nationaux : Koblet, vainqueur du Tour de France/ et Kübler, champion du monde sur route ? L’enthousiasme a gagné M. Kobelt lui-même qui a pu soustraire quelques instants à une activité tout entière consacrée au réarmement et à la préparation de nos troupes. / Demeurer en tout temps prêt à défendre la liberté, à mettre le meilleur de ses forces au service de la patrie, tel est aussi le serment qu’ont prêté, après leur élection, les nouveaux conseillers fédéraux : / le bourgeois Markus Feldmann / tout comme le socialiste Max Weber. / Alternant ainsi la joie et la peine, l’année est arrivée à son terme. Dans les rues des villes comme dans les villages s’allument les braséros secourables. / A l’instar du Mouvement de la Jeunesse Suisse romande, des voix se sont élevées dans toutes les contrées de notre pays / pour que le regard de nos enfants s’illumine d’une flamme plus claire, pour que notre jeunesse s’élance, joyeuse et saine, sur les pentes de l’année nouvelle. /

Communiqué_0506.pdf
Questo documento è stato salvaguardato con il sostegno di Memoriav.
19667 Documenti in collezione
Commenti
Commenti