S. M. Ibn Séoud en Suisse (0787-3)

  • français
  • 1957-09-27
  • Durata: 00:02:21

Descrizione

Communiqué :
L’arrivée à Genève-Cointrin du roi Ibn Séoud d’Arabie avec deux de ses fils et sa suite. La grande visite royale du Comptoir suisse de Lausanne.

Commentaire :
Après avoir voyagé dans son avion personnel, le roi Ibn Séoud d’Arabie est arrivé à Genève-Cointrin, où il a été accueilli par les autorités genevoises et suisses. / La suite royale comporte plus de 32 personnes. Les 2 fils cadets du souverain vont, guidés par la main paternelle, passer aussi quelques jours de vacances en Suisse. / Les gardes du corps veillent constamment et font partie du décor de ce tableau de famille royale. / Aussitôt après son arrivée, le roi, suivi d’une longue colonne de voitures, s’est rendu dans un hôtel de Lausanne-Ouchy, où l’on a fait tout le possible et même l’impossible pour satisfaire aux moindres désirs du souverain qui semble sortir d’un conte de mille et une nuits. / Le portier de l’hôtel, sollicité de toutes parts, doit fort se démener pour transporter les quelques menus bagages, parmi lesquels figurent, bien entendu, les jouets princiers. / Le lendemain, Lausanne n’en est d’ailleurs pas encore revenue. Sa Majesté qui en avait manifesté le désir, a visité la Foire suisse. / La réception était à la mesure de l’importance de la visite. Le tableau fut extrêmement vivant et coloré du fait de la diversité des costumes, allant de l’uniforme d’huissier cantonal, à la djellabah arabe, en passant par la sombre et officielle jaquette fédérale. / La longue procession a visité différents stands où des cadeaux étaient préparés à l’intention du richissime souverain du pétrole. / Le protocole fédéral n’eut garde d’oublier d’offrir quelques fleurs par l’entremise d’une charmante petite fille. / Dans le jardin du presbytère, les dirigeants de la Foire avaient convié leurs invités à une réception intime, au début de laquelle les reporters-photographes purent mitrailler, c’est une image bien sûr, l’auguste souverain. Les petits princes arabes oublièrent vite leur fatigue à la vue des nombreux présents qui leur étaient destinés et le roi, en papa affectueux, partagea leur émerveillement. /

Communiqué_0787.pdf
Questo documento è stato salvaguardato con il sostegno di Memoriav.
Commenti