Rapport de mission d'un délégué au Cambodge

  • français
  • 1973
  • Durata: 00:51:18

Descrizione

Au Cambodge, le CICR développe considérablement son activité au niveau de l’assistance. En juillet, la situation a été marquée par l’offensive militaire de l’autre côté de Phnom Penh, mais le calme est revenu pour la saison des pluies. Le CICR a d’excellents contacts avec les autorités cambodgiennes. Cependant, sur le plan pratique, les résultats sont durs à obtenir, notamment concernant les visites aux prisonniers de guerre. Le gouvernement vise à mettre en place un camp pour les prisonniers. Il existe également des détenus civils, mais dans un premier temps, le CICR se concentre sur les prisonniers de guerre. Le colonel en charge de la mise en place du camp demande au CICR de l’aider pour former les futurs gardes et diffuser des principes de la Croix-Rouge. Le CICR pourra ensuite commencer ses visites. L’organisation réussi finalement à entrer en contact avec le Front uni national du Kampuchéa (FUNK). En effet, le CICR a un rôle à jouer en tant qu’intermédiaire entre ce front et le gouvernement au Cambodge. S’il reçoit une réponse du FUNK, une aide médicale sera d’abord nécessaire, notamment pour établir des contacts. Dans le cas d’une attaque de la ville de Phnom Penh, la création de zones neutres semble difficile à réaliser pratiquement. Il existerait un déphasage entre le CICR à Genève et la délégation au Cambodge. Le délégué à Paris devrait faire un séjour à Phnom Penh pour être au courant de la situation et échanger des informations pour obtenir des contacts avec le FUNK.
Questo documento è stato salvaguardato con il sostegno di Memoriav.
1978 Documenti in collezione
Commenti